TAIJI QUAN — UN SPORT DE VIEUX !

Certaines personnes découvrant nos cours posent cette question :

« Le TaiJi Quan, c'est un sport de vieux, Non ? »

Là une double question se pose : premièrement le TaiJi Quan est-il un sport ?

Et ensuite, le TaiJi Quan est-il une activité de « vieux » ?

Question annexe : vieux, c’est quoi ? On commence quand ?

 

Une chose après l’autre...

Le TaiJi Quan est-il un sport ?

« Le sport est un ensemble d’exercices le plus souvent physiques se pratiquant sous forme de jeux individuels ou collectifs
pouvant donner lieu à des compétitions ».

Vu sous cet angle, le Taiji est un sport : les articulations travaillent, les muscles bougent, on se déplace, pas vite, d’accord, mais
on avance ! On peut jouer en solo, ou jouer « collectif ».

 

Allons quand même un peu plus loin...

Le TaiJi Quan est un art. On va laisser de côté le côté « martial interne », car pour les gens, dans l’art martial, ça saute, ça explose, c’est un vrai feu d’artifice. C’est du Bruce Lee, du Van Damme, du Jet Li !!!

« Art » vient du latin (aïe !) ars, artis qui signifie talent, habileté, métier, connaissance technique... c’est une « activité humaine consistant à arranger entre eux divers éléments en s’adressant délibérément aux sens, aux émotions, à l’intellect... » !

 

Le TaiJi Quan est-il une activité de « vieux »?

Mais, bon... tout est relatif, comme le disait Einstein, et quand on a 20 ans, 40 ans c’est déjà très « vieux », 50 ans, c’est carrément canonique, et 60 et plus, quasiment antédiluvien...

 

Remarquons que la majorité des « vieux » en question ne se porte pas si mal et pourrait en remontrer à quelques-uns sur le chapitre de la souplesse, de l’équilibre ou de la concentration.

Qualités qui ne sont pas liées à l’âge, mais au capital de départ et au travail sur la... durée.

 

Et puis, il y a parmi d’anciens Jeunes Dragons que le « sport » a cabossé... Car, voilà bien le paradoxe, le sport dont on vante les mérites pour entretenir un corps sain, le maltraite trop souvent et le casse...

 

On parle bien de sport et pas d’un camp d’entraînement pour Ninja.

Ce qui est bien dommage, c’est que trop d’études scientifiques ne s’attachent qu’aux avantages de la pratique pour les seniors.

 

Notre démarche occidentale est toujours la même, on attend d’être malade pour prendre soin de soi, on attend d’être plus âgé pour admettre qu’il faut apprendre à connaître son corps et... ses limites.

 

Le TaiJi Quan pourrait être un « sport de jeunes »

 Si l’image qu’on en donne habituellement pouvait évoluer. Beaucoup pensent que si l'on est jeune, on doit bouger (limite s’agiter...), mais il y a certainement des « jeunes » qui préfèreraient le TaiJi Quan au basket, tout comme certains « vieux » préfèrent le vélo ou le jogging et n'ont pas envie d'autre chose.

Ce n’est pas une affaire d’âge.

 

 

   Le TaiJi Quan est une recherche, un travail sur soi, et peut devenir un nouvel art de vivre. Ouvrir l’esprit, contrôler le corps, améliorer la concentration, prendre de la distance face aux événements : voilà qui s’adresse à tous, quel que soit l’âge.

 

Apprendre le TaiJi Quan n'est pas seulement glisser artistement en lenteur en exécutant une chorégraphie particulière, l'apprentissage peut être aussi « dynamique ».